05 mars 2008

Commentaire sur "Le tisserand"

Pierre DUPONT aime à décrire la société qui l'entoure et tout particulièrement les canuts lyonnais. Les canuts lyonnais étaient les ouvriers travaillant la soie notamment dans le quartier de la Croix-Rousse à Lyon. Cette industrie a été une source d'inspiration comme l'a été également la nature. Pierre DUPONT s'est fait le chantre des ouvriers et ses chansons étaient reprises dans les rassemblements d'ouvriers, lors des fêtes qui se déroulaient dans les milieux modestes. Aujourd'hui, certains ouvriers pourraient se retrouver dans ce... [Lire la suite]
Posté par Phil42300 à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mars 2008

Le repos du soir

Quand le soleil se couche horizontal,De longs rayons noyant la plaine immense,Comme un blé mûr, le ciel occidentalDe pourpre vive et d’or pur se nuance ;L’ombre est plus grande et la clarté s’éteintSur le versant des pentes opposées ;Enfin, le ciel, par degrés, se déteint,Le jour s’efface en des brumes rosées.          Reposons-nous !      Le repos est si doux :      Que la peine sommeille      Jusqu’à l’aube vermeille !Dans le sillon, la... [Lire la suite]
Posté par Phil42300 à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2008

La Véronique

Quand les chênes, à chaque branche,Poussent leurs feuilles par milliers,La véronique bleue et blancheSème les tapis à leurs pieds ;Sans haleine, à peine irisée,Ce n’est qu’un reflet de couleur,Pleur d’azur, goutte de rosée,Que l’aurore a changée en fleur.Douces à voir, ô véroniques !Vous ne durez qu’une heure ou deux,Fugitives et sympathiquesComme des regards amoureux.Les violettes sont moins claires,Les bluets moins légers que vous,Les pervenches moins éphémèresEt les myosotis moins doux.Le dahlia, non plus la rose,N’imiteront point... [Lire la suite]
Posté par Phil42300 à 12:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 mars 2008

Le chant des ouvriers

Nous dont la lampe, le matin,Au clairon du coq se rallume,Nous tous qu'un salaire incertainRamène avant l'aube à l'enclume,Nous qui, des bras, des pieds, des mains,De tout notre corps luttons sans cesse,Sans abriter nos lendemainsContre le froid de la vieillesse.Aimons-nous, et quand nous pouvonsNous unir pour boire à la rondeQue le canon se taise ou grondeBuvons ! Buvons ! Buvons !A l'indépendance du monde !Nos bras sans relâche tendus,Aux flots jaloux, au sol avare,Ravissent leurs trésors perdus,Ce qui nourrit et ce qui pare... [Lire la suite]
Posté par Phil42300 à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]